LETTRE INFO 19 MAI 2022

Vous avez été nombreux à réagir suite à l’ordonnance n°462679 du 17 mai du Conseil d’Etat qui suspend le décret n° 2021-1062 du 9 août 2021 et demande la mise en place du CT au 1er octobre 2022.

CONTRÔLE TECHNIQUE : QUAND ON DIT NON, C’EST NON !

Vous avez été nombreux à réagir suite à l’ordonnance n°462679 du 17 mai du Conseil d’Etat qui suspend le décret n° 2021-1062 du 9 août 2021 et demande la mise en place du CT au 1er octobre 2022.

Contrairement à ce qui est repris par l’ensemble de la presse, cela ne signifie nullement qu’un contrôle technique sera obligatoire pour les motos.

En effet, dans ses considérations, à l’article 8, le Conseil d’Etat place le gouvernement devant un choix : avancer la date d’un éventuel contrôle au 1er octobre 2022 (avec un risque évident d’explosion sociale) ou mettre en place la série de mesures prévue après la suspension, par le Président de la République, du décret en cause.

La FFMC, la FFM (Fédération Française de Motocyclisme), la CSIAM et Mobilians ont travaillé avec le Ministère des transports sur l’élaboration de ces mesures (lutte contre le bruit, sécurité routière, lutte contre la pollution), et la parution du nouveau décret était attendue au mois d’avril 2022. Le calendrier politique, international, et le recours des associations écologistes en ont retardé la parution au Journal Officiel. Ces mesures ont été déjà transmises à l’UE en décembre 2021, et sont conformes à ce que prévoit la directive 2014/45 du parlement européen et du Conseil de l’Europe pour que la France puisse déroger à la mise en place du CT.

En attaquant en référé, les khmers verts n’ont fait que retarder la mise en place de ces mesures qui ont pour but d’augmenter la sécurité des deux-roues motorisés, garantir leur conformité, lutter contre le bruit volontairement excessif et améliorer la qualité de l’air, sans passer par un contrôle obligatoire qui ne ferait qu’enrichir le lobby des contrôleurs. Ils se sont tirés une balle dans pied, et nous facilitent la tâche puisque le gouvernement est sommé par le Conseil d’Etat de mettre en œuvre les fameuses mesures qui nous permettront d’échapper au CT.

De plus, les idéologues du fascisme écolo se sont trompés de cible. La directive européenne vise uniquement les véhicules de plus de 125 cm3. Or les véhicules les plus souvent mis en cause en termes de bruit, de modifications non conformes, de pollution, sont de cylindrée inférieur (scooters).

Ce retard dans la parution du décret et le buzz fait par les médias qui ont largement donné la parole aux escrologistes a évidemment provoqué la colère des motards.

En conséquence la FFMC et la FFM ont publié un communiqué commun et attendent de pouvoir contacter la nouvelle ministre des transports dès sa nomination pour lui rappeler les engagements pris. https://ffmc.asso.fr/controle-technique-moto-la-7188

Didier Renoux, notre délégué général a rappelé aussi un certain nombre de points dans une vidéo publiée par Moto Magazine

Donc, RIEN N’EST PERDU ! On ne lâche rien ! Nous allons mettre la pression sur le nouveau gouvernement, en les harcelant, en communiquant, en manifestant, jusqu’à obtention de la parution du décret que nous attendions en avril.

Dernier point, et qui ne manque pas de sel : les centres de contrôle déclarent que la date avancée est impossible à tenir ; pas assez de contrôleurs, pas formés, pas de bancs de contrôle, pas d’instruction technique… https://www.motomag.com/Controle-technique-moto-une-mise-en-place-impossible-au-1er-octobre-2022.html

PLUS NOMBREUX, PLUS FORT !

Salut fraternel

Christophe / coordinateur FFMC 64

Meilleurs voeux pour 2022 !

L’année qui vient de s’écouler a été riche en évènements et rebondissements pour les motards
Nous espérons que 2022 une année de victoire pour la FFMC et que nous pourrons continuer à défendre les droits des utilisateurs de deux-roues et trois-roues motorisés.

Un petit point sur le contrôle technique :L’abrogation du décret prévoyant le contrôle technique en tout début d’année 2022, de même que la création simultanée de la prime à la conversion pour les 2-3RM et quadricycles, sont toujours d’actualité.

Le décret d’abrogation sera très bientôt soumis au Conseil d’Etat pour avis. Il y aura un petit retard lié au nombre important de textes devant être examinés par le Conseil d’Etat en cette période.

Le dossier présentant l’exemption de contrôle technique a par ailleurs bien été transmis à la Commission européenne fin novembre : nous sommes donc quoi qu’il arrive en conformité vis-à-vis des obligations européennes (donc même avec ce petit retard, toujours aucun contrôle technique en 2022).
Le bureau national de la FFMC attend maintenant confirmation par Le ministère de la date prévue de publication du décret.

Le dossier progresse dans le bon sens, mais nous restons vigilants.

2021 a aussi été marquée par la reprise de l’expérimentation de la circulation inter-files, sur des zones géographiques plus étendues et plus représentatives du territoire. Même si le 64 ne fait pas partie des départements pilotes, nous sommes concernés. Certains sont de grands voyageurs et sont amenés à traverser les régions où la CIF est expérimentée.

Vous avez certainement vu le combat mené par l’antenne FFMC PPC (Paris Petite Couronne) contre le stationnement payant pour les 2RM. Ne nous leurrons pas : si une telle mesure est mise en place à Paris et en banlieue, certaines villes de province risquent de s’en inspirer. Il suffit de constater à quel point certaines agglomérations du 64 deviennent motophobes pour craindre que cela arrive chez nous.

Selon la loi d’orientation des mobilités (LOM), toutes les agglomérations de plus 150000 habitants (déjà concernées par l’obligation de réaliser des études de mise en œuvre d’une ZFE) seront obligées de mettre en œuvre une ZFE à partir du 1er janvier 2025. Les agglomérations de Pau et Bayonne sont concernées.

Nous allons donc continuer la concertation avec les services concernés, en nous appuyant sur l’exemple de certaines villes comme Reims, qui ont décidé que les 2RM ne seraient pas concernés par cette mesure.

Toutes ces actions, ces avancées pour la défense de notre passion, de notre liberté, ne peuvent se faire qu’avec votre soutien. Votre très forte mobilisation lors des dernières manifestations a montré que la solidarité motarde n’est pas un vain mot. Le bureau de la FFMC 64 tient à remercier chacune et chacun d’entre vous pour votre engagement.

Comme chaque année, nous vous invitons à renouveler votre engagement en adhérant. Plus nous serons nombreux, plus nous serons forts !

adhésion FFMC 64
Christophe Boulais - coordinateur de la FFMC64

Pour le Bureau FFMC 64,
Christophe Boulais, coordinateur

Circulation inter-files : Démêler le vrai du faux

Pas de panique ! Suite à l’annonce de la Déléguée Interministérielle à la Sécurité Routière, la presse s’est emparée du sujet et comme à l’accoutumée, tente de faire du buzz par des titres et des articles accrocheurs et alarmants (interdiction, verbalisation, etc.)

Une expérimentation avait été mise en place par la sécurité routière depuis 2016 en Ile-de-France, dans le Rhône, les Bouches du Rhône et la Gironde. Comme c’était prévu depuis le départ, cette expérimentation, prend fin le 1 février. Donc, pas de surprise.

Le mercredi 27 janvier, la FFMC, qui est partie prenante du projet depuis le début, a participé à une réunion avec Madame Marie Gautier-Melleray, déléguée interministérielle à la Sécurité Routière et d’autres acteurs de la filière moto.

L’échange fut très constructif et Madame Gautier-Melleray a été très à l’écoute des arguments de la FFMC. Ça change d’Emmanuel Barbe, son prédécesseur…

A ce stade, Il en ressort que les conclusions de l’expérimentation qui se termine ne permettent pas de trancher. Suite à cette évaluation, le CEREMA a en effet souligné la nécessité de mieux contrôler les règles de conduite, de mieux communiquer et enseigner la pratique. https://www.cerema.fr/fr/actualites/experimentation-circulation-inter-file-deux-roues-autoroutes

Agrandissement du périmètre d’expérimentation de l’inter-file en moto

Donc, La bonne nouvelle est qu’une autre expérimentation va être lancée avec les mêmes zones que pour l’actuelle, agrémentée de nouvelles régions, et d’une meilleure communication vers les usagers.

De là à dire que les verbalisations vont tomber, il y a un pas que certains, en mal d’infos qui font réagir, n’ont pas hésité à franchir. La réalité est bien plus nuancée. Il y aura probablement des opérations de verbalisations « coup de poing » pour ceux qui roulent en dépit du bon sens en inter-file, mais certainement pas des verbalisations massives, qui n’ont d’ailleurs jamais été pratiquées alors même que la pratique a toujours été interdite !

La FFMC appelle d’ailleurs les motards qui seraient verbalisés pour la pratique de l’inter-files de nous le faire savoir par mail : sn@ffmc.asso.fr. L’occasion également de rappeler à tous que si nous voulons que cette pratique devienne légale à l’issue de la future expérimentation, il est bon de ne pas faire n’importe quoi et de respecter les règles de bon sens quand on pratique la circulation inter-files. L’avenir de cette nécessaire pratique en dépend !

Bien évidemment, et comme à l’accoutumée, la FFMC est très mobilisée sur ce dossier et le suit d’extrêmement prêt

La FFMC 64 vous souhaite une belle et bonne année 2021

En attendant de se retrouver au plus vite pour partager et défendre notre passion commune, Que les routes vous soient belles, les paysages radieux et les copains nombreux pour profiter de vos montures préférées

2020 est derrière nous et on n’est pas fâchés de l’oublier

Malgré la crise sanitaire, la FFMC 64 est restée active

La FFMC a lancé une campagne nationale de dépistage des dangers de la route liés aux infrastructures et concernant plus particulièrement les usagers en 2 roues motorisés. Dans ce cadre la FFMC 64 a procédé à un relevé de ces dangers sur la RN 134 sur toute sa longueur. Les observations ont été transmises à la Préfecture. Aux dernières infos, des travaux d’aménagements vont être réalisés.

Comme les moteurs étaient encore chauds, nous en avons profité pour parcourir 2400 km de départementales dans le 64. Sur ces routes, nos observations ont porté sur de nombreux points : doublement des rails de sécurité, aménagement de carrefours, obstacles, mise en place de signalisation avec des poteaux fusibles, etc.

Une synthèse des observations à été envoyée, à la demande de Jean-Jacques Lasserre, président du Conseil Départemental, à monsieur Christian-Roger Uhmann, directeur des infrastructures, en vue des futurs travaux.

Pistes cyclables et zones 30

Les communes se sont dotées au fil des ans d’une multitude de zones 30, pistes cyclables et voies de bus, et ont multiplié les ralentisseurs, coussins et aménagements destinés à « sécuriser » le réseau urbain. Malheureusement, certains remèdes, pour limiter les accidents, sont pires que le mal.

La ville de Pau est championne départementale au regard de l’aménagement de la piste cyclable qui borde l’avenue du Maréchal Leclerc, et du nombre incalculable d’aménagements dangereux, non conformes, réalisés en dépit du bon sens ou non entretenus sur le reste des voies.

Nous avons multiplié les relevés, les courriers et les réunions en mairie. Le dossier s’épaissit et est toujours en cours de traitement. Travail ardu, d’autant plus que la mairie de Pau a tendance à faire la sourde oreille et à se cacher derrière des arguments fallacieux. Mais on ne lâche rien. Pour en les autres communes non plus, mais dans ces dernières on nous écoute plus facilement et le dialogue reste ouvert.

Éducation Routière Jeunesse

Entre confinement et restrictions de circulation, le programme Education Routière Jeunesse (ERJ)a été un peu bousculé mais plusieurs interventions ont été réalisées au profit de collégiens utilisateurs de 2RM. Les établissements restent très demandeurs. D’autres interventions sont déjà programmées, à commencer par Saint Jean Pied de Port les 4 et 5 mars.

2021 sera aussi une année de travail, et les sujets ne manquent pas : le CT, les ZFE, l’offre de stationnement pour les 2RM dans les agglos, le suivi des travaux sur les différents réseaux, etc.

Enfin, concernant l’Assemblée Générale qui se tenait traditionnellement début février, nous sommes contraints de la repousser de quelques semaines. Nous vous tiendrons informés par mail dès que nous serons en mesure de l’organiser et les infos seront disponibles sur le site.