Contrôle technique : Discuter avec le ministère ne signifie pas cesser la lutte !

C’est tout le contraire : la FFMC a toujours tout fait pour lutter contre un CT moto qu’elle juge inutile. Donc quand un ministre nous propose de tout faire pour y échapper malgré la directive européenne, nous y travaillons avec lui, c’est la mission confiée au national de la FFMC.

Rappel : En 2012, la France a voté NON pour la mise en place d’un contrôle technique donc les discussions en cours ne sont que la continuité d’un travail engagé depuis plusieurs années et cela grâce aux fortes mobilisations de la FFMC à l’époque et tout le travail accompli depuis.

Premier objectif : Annulation du décret paru cet été. Cependant, ce décret ne peut être abrogé que par un autre décret, c’est uniquement pour cette raison que l’abrogation n’est pas encore faite.  Il ne s’agit en aucun cas de négociation mais bien de tout faire pour abroger le décret de CT.

Deuxième objectif : Trouver des alternatives à un contrôle “administratif” par le biais d’autres mesures, comme cela peut se faire dans d’autres pays européens.

La FFMC a toujours été et reste opposée à un CT sous quelque forme que ce soit, même « simplifié » ou « visuel »

Nous refusons aussi un contrôle à la revente. Ce serait une porte ouverte pour la mise en place d’un CT élargi dans les années à venir s’il se fait dans des centres type Dekra. Les pros ont déjà une obligation de contrôle de sécurité avant de rendre un 2RM à son propriétaire : leur responsabilité est donc engagée !

Un travail se fait donc en ce moment même entre la FFMC, la FFM, la Mutuelle des Motards, la DISR et le Ministère des transports afin de présenter un dossier devant la Commission Européenne. Dans les grandes lignes, l’objectif est de lister toutes les mesures déjà mises en place pour la Sécurité Routière et celles qui pourraient l’être. Cette discussion est engagée avec le ministre pour qu’il n’y ait pas de contrôle technique mais qu’on mette en place des solutions efficaces en matière de sécurité routière en particulier.

Malgré les promesses du gouvernement et les discussions en cours nous restons vigilants
Nous avons un peu de temps devant nous puisque quoi qu’il arrive il n’y aura pas de CT 2RM en 2022. Et comme le temps d’action proposé par le Ministre des transports est très court puisqu’il parle de deux mois (donc au pire avant la fin 2021), si le décret du 11 août n’est pas abrogé avant la fin de l’année, nous reviendrons dans les rues. Et en face ils en sont conscients.

Comment garantir la bonne sécurité d’une moto achetée d’occasion ?

  • Faire vérifier la moto en question chez un concessionnaire ou petit garagiste ou centre d’expertise (type Daf’Okaz, Motoexpert, etc.) en accord avec le vendeur.
  • Acheter chez un professionnel. En cas de litige, l’acheteur est protégé par une garantie commerciale qui s’ajoute à la garantie légale (qui s’applique dans tous les cas même entre particuliers).

Pour info

  • Sur la période 2016-2020, sur les 18 000 sinistres étudiés à la Mutuelle (selon les rapports d’expertise Mutuelle des Motards), 97,64% des motos accidentées étaient en état normal ou bon, 0,4% des motos ont été identifiées comme « dangereuses » principalement pour des raisons de pneumatiques
  • Entre 2010 et 2020, le taux de mortalité 2RM a baissé de 32% chez les motards et de 60% chez les cyclomotoristes, Sur la même période le parc a évolué de 3,8 millions à plus de 4,52 millions à fin 2019 (Source étude Fichier Véhicules Assurés / AGIRA)

Les motards rejettent le rapport des experts du CNSR !

Le Conseil national de sécurité routière (CNSR) a tenu sa première séance plénière de 2021 le mercredi 3 février. Trois rapports d’experts avaient été communiqués, en amont de cette réunion.

Le Conseil national de sécurité routière (CNSR) a tenu sa première séance plénière de 2021 le mercredi 3 février. Trois rapports d’experts avaient été communiqués, en amont de cette réunion. La teneur de ces rapports, en particulier celui qui traite de la sécurité des deux-roues motorisés, a fait réagir la FFMC, soutenue par d’autres acteurs du monde de la moto qui, ensemble, dénoncent la façon peu constructive d’aborder la sécurité routière en général, et surtout celle des deux-roues motorisés. Comme si rien n’avait changé : pourtant l’accidentalité moto ne cesse de baisser alors que le parc ne cesse d’augmenter, et qu’en expliquer et renforcer les raisons serait sans doute une excellente piste !

Orientation évidente

Dès le titre du rapport qui concerne les deux-roues motorisés (2RM), l’angle choisi est évident : « vers un usage adapté à leur vulnérabilité ». Ces pseudo-experts qui veulent notre bien ne nous estiment pas capables d’en avoir nous-mêmes conscience. C